Action de l’alcool sur les organes internes

Action de l’alcool sur les organes internes

26 juin 2020 0 Par Barbara

Action sur l’estomac.

L’action de l’alcool sur l’estomac est extrêmement dangereuse : il devient incapable de produire le liquide digestif naturel en quantité suffisante et n’absorbe pas non plus les aliments qu’il peut digérer imparfaitement. Un alcoolique sera toujours confronté à un état marqué par le sentiment de vide, de prostration et de distension de la nausée. Il en résulte une aversion pour la nourriture et une envie irrésistible de boire davantage. Il en résulte un trouble permanent qui s’appelle la dyspepsie. Cette pratique est à l’origine des formes désastreuses d’indigestion confirmée.

Comment le foie est affecté.

Les détériorations organiques causées par l’utilisation continue d’alcool ont souvent un caractère fatal. L’organe qui subit le plus souvent des modifications structurelles dues à l’alcool est le foie. Normalement, le foie a la capacité de retenir les substances actives dans ses parties cellulaires. En cas d’empoisonnement par divers composés toxiques, nous analysons le foie comme s’il était le dépôt central de la matière étrangère. Il en va pratiquement de même pour l’alcool. Le foie d’un alcoolique n’est jamais à l’abri de l’influence de l’alcool et il en est trop souvent saturé. La minuscule structure membranaire ou capsulaire du foie est affectée, ce qui empêche une dialyse correcte et une sécrétion libre. Le foie devient volumineux en raison de la dilatation de ses vaisseaux, de la surcharge de matière liquide et de l’épaississement des tissus. Ceci suit la contraction de la membrane et le rétrécissement de l’organe entier dans ses parties cellulaires. Ensuite, les parties inférieures de l’alcoolique deviennent hydropisiques en raison de l’obstruction offerte au sang de retour par les veines. La structure du foie peut être chargée de cellules graisseuses et subir ce que l’on appelle techniquement le “foie gras”.

Comment les reins se détériorent.

Les reins souffrent également de la consommation excessive d’alcool. Les vaisseaux des reins perdent leur élasticité et leur pouvoir de contraction. Les minuscules structures qu’ils contiennent subissent une modification graisseuse. L’albumine du sang passe facilement à travers leurs membranes. Le corps perd ainsi progressivement sa puissance comme s’il manquait de sang.  Il convient dans ce cas de consulter pharmacie en ligne fiable afin de voir quels sont les traitements proposés et pouvoir commander directement le médicament adéquat.

Congestion des poumons.

L’alcool détend facilement les vaisseaux des poumons car ils sont les plus exposés aux fluctuations de la chaleur et du froid. Lorsqu’ils sont soumis aux effets d’une variation rapide de la température atmosphérique, ils se congestionnent facilement. Pendant les hivers rigoureux, la congestion soudaine et fatale des poumons affecte facilement un alcoolique.

L’alcool affaiblit le cœur.

La consommation d’alcool affecte grandement le cœur. La qualité des structures membranaires qui recouvrent et tapissent le cœur se modifie et s’épaissit, devient cartilagineuse ou calcaire. Les valvules perdent alors leur souplesse et ce que l’on appelle le trouble valvulaire devient permanent. La structure des manteaux du grand vaisseau sanguin qui part du cœur partage les mêmes changements de structure, de sorte que le vaisseau perd son élasticité et sa capacité à alimenter le cœur par le recul de sa distension, après que le cœur, par son attaque, l’a rempli de sang.

Là encore, la structure musculaire du cœur est défaillante en raison des modifications dégénératives de ses tissus. Les éléments de la fibre musculaire sont remplacés par des cellules graisseuses ou, s’ils ne sont pas remplacés, sont eux-mêmes transférés dans une texture musculaire modifiée dans laquelle la puissance de contraction est fortement réduite.

Ceux qui souffrent de ces détériorations organiques de l’organe central et directeur de la circulation sanguine l’apprennent si insidieusement qu’il ne se brise pratiquement pas sur eux jusqu’à ce que le mal soit bien avancé. Ils sont conscients d’une défaillance centrale du pouvoir pour des causes légères telles que le surmenage, les ennuis, le repos interrompu ou une trop longue abstinence de nourriture. Ils ressentent ce qu’ils appellent un “naufrage”, mais ils savent que le vin ou un autre stimulant soulagera immédiatement cette sensation. Ils cherchent donc à la soulager jusqu’à ce qu’ils découvrent enfin que le remède échoue. Le cœur blasé, surmené et fidèle ne supportera pas plus. Il a suivi son cours et le gouverneur des courants sanguins s’est brisé. Soit le courant déborde dans les tissus, ce qui endommage progressivement les circuits, soit, sous l’effet d’un léger choc ou d’un excès de mouvement, il s’arrête complètement au centre.